Intermodalité vélo+train aux Pays-Bas : c’est reparti pour un tour (d’innovations)

En Octobre 2021, je tournais la première édition de [Mobility Explorer] sur le sujet de l’intermodalité entre le vélo et le train, aux Pays-Bas. Quelques mois après, je publiais une web série de 5 articles sur cette exploration, mais aussi et surtout une livrable au format inédit composé d’une étude, un documentaire vidéo d’une heure et une conférence. A ce jour, plusieurs acteurs dont Ile-de-France-Mobilités, Fifteen, ou encore l’ADEME se sont saisis de ce livrable. J’en profite pour les remercier pour leur confiance. Au-delà de ce format inédit, l’intérêt de [Mobility Explorer] réside dans son caractère évolutif. Ainsi, progressivement, et au fur et à mesure des avancées observées sur le sujet, j’actualise l’étude, afin de maintenir tout son intérêt. 

C’est dans cette logique que j’ai interviewé Marise Bezema. Marise est la cheffe des services de mobilité de NS Stations (le gestionnaire des gares néerlandaises). Elle gère les opérations et le développement des services de mobilité dans toutes les gares des Pays-Bas, à savoir les OV-Fiets, les parkings vélos surveillés, les parkings automobiles, les taxis etc… Je suis revenu avec elle sur les dernières innovations en cours de déploiement à l’échelle des 400 gares du pays. Et c’est assez bluffant. 

NB : en amont de cette interview, nous vous conseillons vivement de lire l’article sur le sujet. Cela vous aidera à mieux comprendre certaines thématiques. 

L’automatisation de l’entrée/sortie des parkings vélo semble en plein boom ? 

Effectivement, à terme (dans 2 ans), nous prévoyons que l’ensemble des parkings surveillés soient équipés de ces dispositifs. Rappelons que l’objectif est toujours le même : rendre plus facile le stationnement vélo, tout en améliorant la gestion des flux. Que ce soit depuis sa OV-Chipkaart ou depuis la puce RFID posée sur son vélo, nous pensons que le gain est certain pour l’utilisateur. 

Concernant le stationnement, NS Stations a beaucoup investi sur les infrastructures physiques, moins sur le digital. Cela pourrait-il changer ? 

C’est vrai… en tous cas pas directement sur l’app NS. Parmi les fonctionnalités inscrites dans notre roadmap, nous prévoyons d’intégrer la disponibilité du stationnement en temps réel. Mais cela ne fait pas partie de nos priorités. Pour l’instant nous faisons passer les évolutions concernant OV-Fiets en premier. 

Concernant OV-Fiets justement, il paraît que votre sujet du moment est le cadenas… 

Nous avons effectivement lancé il y a quelques mois déjà un dispositif permettant de verrouiller et déverrouiller les OV-Fiets automatiquement. Ce dernier s’appelle E-Lock : c’est un boîtier présent sur les vélos, qui verrouille/déverrouille le cadenas via un simple passage sans contact de la OV-Chipkaart. Notre objectif est à terme d’équiper la totalité de la flotte, à raison d’environ une gare équipée tous les 15 jours. Par ce dispositif, nous souhaitons garantir la facilité d’utilisation de notre vélo star, tout en optimisant sa gestion en back office. Nous avons pour cela énormément insisté sur le design de service, sur l’information auprès de notre public (directement sur les vélos, via des QR Code, des affiches en gare…)

Cette automatisation vise-t-elle également à limiter les stations humanisées ? 

Notre approche est différente. Concernant les parkings avec présence humaine, l’objectif est de concentrer le personnel sur l’information et non pas le verrouillage-déverrouillage des vélos. Nous savons que la présence humaine est particulièrement appréciée par nos usagers, et nous souhaitons l’orienter d’autant plus vers le support, le renseignement. 

En réalité, l’évolution du OV-Fiets est tout aussi importante pour les gares sans présence humaine. En effet, ce nouveau dispositif permettra de supprimer les anciens systèmes de “box”, pas des plus pratiques, et souvent différents en fonction des gares desservies. Il permettra également d’améliorer la gestion de la place, le foncier étant un sujet majeur… 

Au-delà du E-Lock, travaillez-vous sur des évolutions côté digital / app pour améliorer l’expérience OV-Fiets ? 

Oui, et cette dynamique est récente. D’une part, nous avons intégré à l’application NS une fonction qui permet de savoir si le vélo est verrouillé, déverrouillé, ou tout simplement si le processus de location a été finalisé. C’est un élément important, car il permet d’accompagner l’automatisation des OV-Fiets via le e-Lock. C’est donc une manière de sécuriser les utilisateurs dans ces nouveaux processus. Par ailleurs, nous avons également intégré une fonction “Unhappy Flow”, qui permet de faire remonter depuis l’application un dysfonctionnement dans la location, sur le vélo, ou encore un vélo volé. Ce dispositif a pour vocation d’améliorer le reporting des utilisateurs, et vise à remplacer les boutons présents en gare. 

Les dispositifs facilitant l’usage se développent. Mais qu’en est-il du côté du vélo ? 

Nous avons démarré une expérimentation pour tester la location d’OV-Fiets électriques. Nous commençons par quatre gares, dès cet été, et pour un an. Dans chacune d’entre elles, il y a 30 vélos, soit 120 au total. Ce sont plutôt des gares de petite taille, ou de taille intermédiaire. En effet, l’objectif de ces vélos est de pouvoir couvrir des distances plus longues que les modèles musculaires. Ainsi, nous souhaitons les tester dans des zones peu pourvues en transports publics, car peu denses. Par ailleurs, dans le cadre de ce pilote, nous avons contractualisé avec un nouveau constructeur de vélos. A terme nous envisageons, si le pilote est concluant, de déployer ces e-bikes dans 25 gares environ. 

De nombreux coups partis et projets en cours. Qu’en est-il du plus long terme ? 

Il y a l’arrivée du dispositif OV-Pay, qui impliquera un changement majeur dans les usages. Nous y travaillons déjà en interne. Des tests devraient démarrer en 2023. 

Plus proche en termes d’agenda, nous sommes très heureux de participer à un appel d’offre européen pour inventer la nouvelle génération d’OV-Fiets (la quatrième). Nous devrions en savoir plus à la fin de l’été. En parallèle, nous travaillons pour recycler faciliter le recyclage de la génération actuelle et entrer dans un cycle toujours plus vertueux. 

You May Also Like